La Châtaigne

January 31, 2015

Nul fruit n’est sans doute plus emblématique de l’histoire de l’île de beauté que la châtaigne. Faisant autrefois l’objet de troc, échangée contre du blé et autres marchandises pour le besoin de la vie, la châtaigne a été durant de longues décennies la base de l’alimentation des insulaires. En effet, vers la fin du XVIIe siècle, on estimait qu’un pied de châtaignier nourrissait convenablement une famille pendant un mois… et une famille pouvait être propriétaire d’un châtaignier sur la propriété d’autrui.

« Tant que nous aurons des châtaignes, nous aurons du pain » déclarait Pascal Paoli.

Allégeant bien des disettes, le châtaigner que l’on appelait respectueusement « arbre à pain » constituait, à la veille de la première Guerre mondiale, un verger de 30 000 ha (à titre de comparaison seuls 3 000 ha étaient exploités en Provence).
Peu à peu abandonné et victime de maladies, de l’exode rural et de la lourde perte d’hommes durant les deux grands conflits, la châtaigneraie corse change de visage, …agonisant presque.

 

Cueilleuse de châtaignes corses
(A racolta di e castagne in Benacu)

Malgré tout, le châtaigner demeure intimement lié à l’île. Robuste, il a réussi à surmonter les épreuves du temps.

Historiquement la châtaigne était consommée soit fraiche, soit séchée ou grillées (a fasgiola), bouillie avec ou sans peau (ballotte), mais la majeure partie était bien entendue transformée en farine à l’aide des nombreux moulins à eau construits sur les petits cours d’eaux qui traversaient les différentes châtaigneraies.
Elle servait à la fabrication du pain, des bouillies, « pulenta« , beignets (friteddi), tourtes (torte)  et des « pisticcine » c’est à dire du pain de châtaignes.

Cette farine de châtaigne corse a fait l’objet d’une Appellation d’Origine Contrôlée depuis le décret du 24 novembre 2006. Son appellation officielle est  « Farine de châtaigne corse – Farina castagnina corsa ». Elle bénéficie également depuis 2010 d’une AOP.

Dorénavant au centre du renouveau, la châtaigne corse se prête à toutes les innovations et nous emporte dans une ronde des saveurs. Marrons glacés, bière à la châtaigne, pâtes, pâtés, foies gras gavé au « mascata » (savant mélange de châtaignes et de maïs) viennent surprendre la tradition.
On retrouve également ce fruit dans différents mets plus traditionnels comme les flans, confitures, beignets, nougats, mousses, gâteaux, crêpes, canistrelli, apéritifs, eaux de vie et liqueurs.

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts

January 31, 2015

January 31, 2015

January 31, 2015

January 31, 2015

January 31, 2015

January 31, 2015

January 31, 2015

January 29, 2015

Please reload

Archive
Please reload